Back
Image Alt

Qu’est-ce que la couronne perlée du gland ?

Encore appelée couronne sous balkanique, la couronne perlée du gland est un phénomène physiologique naturel chez les hommes. Il apparaît à la puberté et se manifeste de plusieurs manières différentes avec des signes particuliers. Ce phénomène peut vous paraître bizarre et pour cela, il n’est pas anodin qu’il soulève de nombreuses questions. Dans ce texte, on vous explique davantage ce qu’est la couronne perlée du gland et ses implications.

Quant est-ce qu’il faut parler de couronne perlée ?

Lorsqu’on est en présence d’ une couronne perlée du gland, on retrouve des petites élevâtes au niveau du gland. En réalité, il s’agit de petits gonflements localisés sur la peau d’un niveau de la couronne du gland. Ces élevures apparaissent précisément dans la bordure basse du gland et sont les principaux signes caractéristiques d’une couronne perlée chez l’homme.

A lire en complément : C’est quoi l’IDE ?

Ces lésions sont de la même couleur que la peau du gland ou blanchâtres. Elles sont réparties de façon très régulière le long de la couronne du gland. Le célèbre dermatologue, Dr Roland Viraben, prévient qu’elles peuvent être légèrement cornées même si cela s’avère assez rare.

Par ailleurs, il faut savoir que la couronne perlée existe aussi chez la femme, au niveau de la vulve. Ici, il est connu sous le nom de papillomatose physiologique et présente à peu près les mêmes symptômes sur la vulve.

A voir aussi : Comment voir un problème sur le ménisque ?

Qu’est-ce qui peut causer le phénomène de la couronne perlée du gland ? 

La couronne perlée du gland est une inflammation physiologique de la muqueuse. Généralement, elle survient après la puberté. Le dermatologue explique que cette inflammation doit être l’effet d’une expression d’hormones. Il dit qu’il est vrai que cela n’a jamais été prouvé, mais que cela doit être l’effet des hormones, sécrétées en grandes quantités à cette période de la vie. Il ne s’agit donc pas d’une pathologie et elle ne présente en réalité aucun danger pour la santé de l’homme en question. Elle est différente des condylomes qui est une  maladie sexuellement transmissible d’origine virale.

Pour de plus amples précisions, la couronne perlée du gland est le résultat de l’apparition des angiofibromes sous stimulation hormonale pendant la puberté. Réellement, lorsque cette période de vie est passée, la taille de ces petites protubérances se réduit bien qu’elles ne disparaissent pas complètement. Enfin, il faut garder à l’esprit que l’apparition et la persistance de ce phénomène n’est nullement influencée par l’hygiène personnelle ou l’activité sexuelle. Environ 39% de la population masculine serait touchée par cette pathologie avec une majorité de non circoncis.

Comment évolue le phénomène de couronne perlée du gland ? 

Il faut savoir que la couronne perlée du gland est un phénomène physiologique qui ne connaît pas d’évolution ou en connaît très peu. Ces lésions ne régressent pas spontanément, mais elles peuvent s’atténuer de manière légère et progressive avec l’âge.

Doit-on faire retirer la couronne ? 

En présence de couronne perlée, il faut savoir que c’est un phénomène bénin. Elle est bénigne et ne nécessite pas de la faire retirer. Par contre, certaines personnes peuvent se sentir complexées par ces lésions lorsqu’elles sont très visibles. Ils peuvent décider de les faire retirer et cela révèle purement d’une branche de l’esthétique.

De ce fait, les papilles perlées se font éliminer facilement par électrocoagulation ou par laser sous anesthésie locale. La première méthode consiste à coaguler des tissus grâce à un courant électrique et la seconde consiste à éliminer les papules à l’aide de laser. On peut également les détruire par le froid en utilisant de l’azote liquide. Mais ces traitements ne sont pas à 100% efficaces, car le mal peut récidiver.

Quelle est l’influence de la couronne perlée dans les rapports sexuels ? 

Ce phénomène n’a absolument aucune incidence dans les rapportés sexuels. D’ailleurs, il n’est pas du tout contagieux. Toutefois, ces petites lésions peuvent poser un problème dans l’intimité si elles sont assez importantes. Elles peuvent donc susciter l’inquiétude du patient ou de son partenaire qui pourrait suspecter une infection sexuellement transmissible à tort.